La Boucherie Littéraire - Il me sera difficile de venir te voir



Il me sera difficile de venir te voir

Vendredi 12 Juin 2009


La Boucherie littéraire sera présente à l'invitation de l'association les Nouvelles hybrides et en partenariat avec les éditions Vents d'ailleurs à une rencontre autour du livre Il me sera diffcile de venir te voir.

Le Vendredi 12 juin en début de soirée (heure à demander aux organisatrices) au café Hakuna Matata de Pertuis.


Rencontre avec Mohamed Hmoudane & Claude Mouchard


Extrait

« On est contre, on se le dit, on se le répète.
On en parle, on s’emporte, on s’émeut, on conteste : on ne peut pas laisser faire.
On scrute l’avenir.
On se dit, alors??
On est toujours là, on veut le débat, on se le redit, on refuse de s’installer dans l’attente.
On se dit, quoi?!
On parle, on discourt, on s’indigne, on proteste.
On se dit, alors, quoi : on est écrivain, on va écrire…
… un message : «?Alors, on fait quoi???»
C’est le début des Correspondances.

Né d’une initiative lancée par deux auteurs, Nicole Caligaris et Éric Pessan, à l’automne 2007, en réaction à la politique d’immigration pratiquée en France, ce recueil présente treize correspondances littéraires entre auteurs d’horizons et d’origines divers.

L'idée

Appel lancé en septembre 2007

« Décès en nombre de migrants clandestins, contrôles d’identité au faciès, ­ arrestations de personnes qui n’ont pas commis d’autre délit que de résider en France sans permis de séjour, rétention administrative, embarquements de force dans les avions – fût-ce au prix de la vie des personnes –, rafles dans les rues, sur les lieux de travail et, désormais, interpellations au domicile des gens, avec la ­ terrible ­conséquence de provoquer des réactions de panique et de tragiques ­ accidents : chaque jour, en France, nous regardons notre pays dans le miroir que lui tend l’actualité, chaque jour, le reflet est plus difficile à contempler. Non seulement nous sommes scandalisés et terrifiés par le sort que notre gouvernement, que notre ­ justice réservent aux immigrants sans visa mais nous voyons aussi, dans l’escalade de la répression menée et des violences qui l’accompagnent, une grave régression de notre république.

Écrivains français,

nous avons publié des textes individuels et des textes collectifs où s’exprime notre indignation, nous avons encore confiance dans le pouvoir des mots et nous avons l’intention de continuer, de ne pas cesser d’écrire que nous ne sommes pas indifférents à ces situations, à ces décès. Nous refusons de les accepter comme des dommages inévitables et de peu d’importance : nous les considérons, au contraire, comme des violences intolérables et les effets d’une politique dont nous n’avons pas fini de déplorer l’inconséquence.

Écrivains africains, maghrébins, caraïbes,

à présent que notre chef d’État s’efforce d’expliquer ses vues sur l’« homme africain » (Dakar, 26 juillet 2007), nous trouvons urgent d’associer votre vision à la nôtre et de faire connaître votre sentiment sur les conséquences de la politique d’immigration menée en France et en Europe.

Écrivains français et écrivains africains, maghrébins, caraïbes,

nous vous proposons de participer à un dialogue autour de ces questions, avec la conviction que, de ce dialogue, naîtront un éclairage, des concepts et des idées.

Notre but est de provoquer puis de réunir et publier des correspondances ­ littéraires à partir de cette question : Comment voyez-vous les conséquences de la politique de l’immigration en France ??

Voici ce que nous avons imaginé

nous nous chargeons de lister celles et ceux qui sont prêts à s’engager dans cette discussion et de mettre en contact, par courrier électronique, deux correspondants tirés au sort.

Ensuite, chaque binôme aura jusqu’à mi-janvier pour nous transmettre la ­ version publiable de sa correspondance.

Il me sera difficile de venir te voir, Jean-Baptiste Adjibi, Kangni Alem, Gustave Akakpo, Arno Bertina, François Bon, Nicole Caligaris, Patrick Chatelier, Sonia Chiambretto, Marie Cosnay, Mourad Djebel, Abdelkader Djemai, Eugène Ébodé, Christophe Fourvel, Brigitte Giraud, Mohamed Hmoudane, Driss Jaydane, Pierre Le Pillouër, Claude Mouchard, Pierre Ménard, Samira Negrouche, Nimrod, Éric Pessan, Nathalie Quintane, Raharimanana, Aristide Tarnagda, Sayouba Traoré. Éditions Vents d'ailleurs, 14 x 20,5 cm, 256 pages, octobre 2008, 14 euros.

Les droits d’auteurs sont versés au Réseau éducation sans frontières.

Mohamed Hmoudane est né en 1968 au Maroc, il s’installe en France en 1989. Trois ans plus tard, il publie son premier livre que Abdellatif Laâbi qualifie d’« étrange cérémonie de la parole », tant les poèmes qui le composent semblaient jaillir de nulle part. Depuis, Mohamed Hmoudane ne cesse de défier les conventions. C’est dans Attentat que cette entreprise de « déconstruction » se fait la plus radicale. Dans le sillage tracé par Attentat, Hmoudane publie Incandescence et Blanche mécanique. Jacques Sterchi écrit à propos de Parole prise, Parole donnée : « Flamboyante poésie héritière des grands élans comme les Chants de Maldoror où la guerre calcine le verbe et le ressuscite… » C’est de ce magma ­poétique incandescent que va naître French Dream, « roman-poème fulgurant », comme le qualifie Mohamed Leftah.

Né en 1941, Claude Mouchard a publié Perdre (Berger-Levrault, 1979), Ici (Le Nouveau Commerce, 1986), Un grand désert d’hommes (Hatier, 1991), L’Air (Circé, 1997), Qui si je criais…?? Œuvres-témoignages dans les tourmentes du vingtième siècle (Laurence Teper, 2007) et Papiers?! (Laurence Teper, 2007) ; il a codirigé, avec Annette Wieviorka, La Shoah, témoignages, savoirs, œuvres (PUV, 1999), et a publié de nombreux ­poèmes ou études dans des revues ou des ouvrages collectifs. Traducteur, en colla­boration, de l’anglais, de l’allemand, du coréen et du japonais, il est professeur émérite à Paris-VIII et rédacteur en chef adjoint de la revue Po&sie.

Renseignements :


Les Nouvelles Hybrides

BP 28 -  84240 La Tour d'Aigues

04 90 08 05 52




Hakuna Matata

Place de la Diane

84120 Pertuis

06.10.21.31.03



...
Il me sera difficile de venir te voir
Retour Sur le billot
La Boucherie Littéraire © 2008 Il me sera difficile de venir te voir - web design