La Boucherie Littéraire - Dormir à terre et autres nouvelles - Les Fondeurs de briques  - La Boucherie Littéraire


Raccourci :


Dormir à terre et autres nouvelles

Dormir à terre et autres nouvelles

Note de l'éditeur


Une place à part et unique dans la littérature mexicaine. (Octavio Paz)

Dormir à terre est une anthologie inédite en français des meilleures nouvelles de l’auteur. Elle s’efforce d’offrir un éventail représentatif de l’art révueltien de la nouvelle, dont le petit chef d’oeuvre Dormir à terre (1959) donne une idée, tout en privilégiant un tant soit peu les textes les plus récents, leur facture étant souvent originale et même parfois franchement audacieuse : c’est le cas de Hegel et moi (1973), qui met en scène, en prison, un truand assimilé au philosophe allemand par sa manière de discourir ; de Lit numéro onze (1965), qui associe l’autobiographie à la fantasmagorie ; de Ezéchiel ou le massacre des innocents (1969), qui transmet une impression obscure de découragement mais laisse entrouverte une porte étroite à la lutte car il est bien précisé dans les dernières lignes que le personnage « franchit la confusion des vitres pour entrer dans le bois du monde ». Superbe manière d’inscrire artistiquement, dans un de ses derniers récits, l’enjeu qui a constitué la vérité première de sa biographie (la vie et l’oeuvre, inséparablement).


Note sur l'auteur


Conteur, romancier, dramaturge, journaliste, scénariste de cinéma, essayiste, théoricien politique, philosophe autodidacte, le mexicain José Revueltas (1914-1976) représente en Amérique latine peut-être la meilleure preuve que les chemins de la politique et de la littérature militante ne s’opposent pas nécessairement. Marxiste engagé et membre du parti communiste dès les premières années de sa jeunesse, Revueltas est tout le contraire d’un écrivain conformiste à qui il suffit de savoir que la littérature doit se subordonner aux tâches que lui impose la politique. Il connut la prison de nombreuses fois pour son activisme politique ; il était même encore mineur quand il fut envoyé pour la première fois à la prison de haute sécurité de l’époque : le bagne des îles Marías. (Il en tirera la matière de son premier roman, Los Muros de agua, 1941.) Le système carcéral lui fournira d’ailleurs souvent une toile de fond que son style lyrique et poétique transcendera, s’inscrivant, à la fois, dans la lignée des romanciers russes du XIXe et de l’humour noir de Kafka. L’oeuvre de José Revueltas s’inscrit également dans le mouvement de l’existentialisme dont il partagea l’engagement et la foi dans l’humain. En 1968, il fut accusé d’être l’« auteur intellectuel » du mouvement des étudiants du Mexique, dont le point culminant fut le massacre de Tlatelolco, ce pour quoi il fut emprisonné puis envoyé à la prison de Lecumberri.



Note sur le traducteur



Philippe Chéron, auteur d’une thèse sur José Revueltas, a déjà traduit trois livres de l’auteur : Le Deuil humain (Gallimard, 1987), Le Mitard (Complexe, 1990) et La Rue de la solitude (Les Solitaires intempestifs, 1998).


Dormir à terre et autres nouvelles, José Revueltas, traduit de l'espagnol (Mexique) par Philippe Chéron, collection Cavaleras. 208 pages, 20,5 x 13,5 cm, mai 2008, 19 euros.

A la recherche de B. Traven Les jours terrestres

Les Fondeurs de briques : catalogue - edition

La Boucherie Littéraire © 2008 Dormir à terre et autres nouvelles - Les Fondeurs de briques - La Boucherie Littéraire - web design